En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Leonardo Vinci

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur italien (Strongoli, Calabre, v. 1690 ou 1696 – Naples 1730).

Il étudia à partir de novembre 1708 au conservatorio dei Poveri di Gesù Cristo de Naples et devint, en 1719, maître de chapelle du prince de Sansevero, puis, en 1725, à la mort d'Alessandro Scarlatti, pro-vicemaestro à la chapelle royale, poste qu'il devait occuper jusqu'à sa mort.

Son premier opéra connu, la comédie en dialecte napolitain Le Doje Lettere, est de 1719. Dans la même veine, il écrivit notamment Lo Cecato fauzo (1719), Lo Barone di Trocchia (1721), Don Ciccio (1721), La Mogliera fedele (1724), mais seule la partition de Le Zite 'n galera (1722) a survécu. Son grand domaine fut l'opera seria. Là, il sut allier la musique à la poésie en simplifiant la mélodie, tout en témoignant d'un grand souci du détail, attirant ainsi l'attention de l'auditeur sur la beauté de la ligne vocale. De Publio Cornelio Scipione (1722) à Artaserse (1730), son plus grand succès (livret de Métastase), il ne composa en ce genre pas moins de 24 ouvrages qui font de lui, plus encore que d'Alessandro Scarlatti, le père de l'école napolitaine de la fin du xviiie siècle. Citons Semiramide (1723), Ifigenia in Tauride (1725), Didone abbandonata (1726), ou encore Catone in Utica (1728).