En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anatol Vieru

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur, chef d'orchestre et musicologue roumain (Iasi 1926 – Bucarest 1998).

Après des études de composition au Conservatoire de Bucarest (1946-1951), il poursuit sa formation au Conservatoire de Moscou (1951-1954), avec notamment Aram Khatchatourian. Il enseigne depuis 1954 la composition au Conservatoire de Bucarest. Vieru s'est fait connaître, sur le plan international, surtout après avoir remporté le Prix Reine Marie-José (Genève, 1962) par son Concerto pour violoncelle et orchestre. Auteur de trois opéras (Jonas, 1971-1975 ; le Festin des gueux et, dernièrement, un « opéra-clepsydre » sur des textes de Pouchkine et Boulgakov, 1974-1996), de six symphonies (1966-1989), de plusieurs concertos pour différents instruments (dont le Concerto pour violon, violoncelle et orchestre, 1979, et le Concerto pour deux violoncelles et orchestre, 1992), Vieru est un esprit indépendant, postmoderne avant le postmodernisme (et même avant le modernisme !), qui refuse les classifications et les modes pour rechercher sa propre vérité musicale. Dans la Symphonie no 2 (1973), il utilise déjà des éléments du vocabulaire musical tonal, qu'il fait cohabiter avec des principes génératifs et transformationnels. Dans le même esprit, il conçoit la musique comme un processus (Ode au silence pour orchestre, 1966-67, Écran pour orchestre, créé à Royan en 1970), pratique le collage (le Crible d'Érathosthène pour ensemble, 1969) ou la musique « perforée » (Museum Music, 1968), mais, derrière les procédés, il y a, chez Vieru, une pensée rigoureuse et stable, toujours fidèle à elle-même. De son catalogue, on peut citer aussi huit quatuors à cordes (1955-1991), Memorial (1990) et Psalm 1993 pour orchestre, Joseph et ses frères pour 11 interprètes et bande magnétique (1979), Die Waage, œuvre multimédia sur des textes de Heidegger et d'Urmuz (1986). Il a entrepris aussi des recherches concernant la théorie des modes, étudiée à l'aide des ensembles et de la structure de groupe algébrique (The Book of Modes, dernière édition complétée, Bucarest, 1994).