En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Verlaine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Poète français (Metz 1844 – Paris 1896).

En tête de son Art poétique publié dans Jadis et Naguère (1884), Verlaine réclame de « la musique avant toute chose ». À la couleur, il préfère la nuance qui, seule, « fiance le rêve au rêve et la flûte au cor ». Proscrivant l'éloquence et la rime indiscrète, il oppose à l'esthétique parnassienne sa propre aspiration à la musicalité, affirmée par les titres de ses recueils, la Bonne Chanson (1870), Romances sans paroles (1874), et, déjà, merveilleusement exaucée par certains des Poèmes saturniens (1866) et par les Fêtes galantes (1869). En 1864, Verlaine fait la connaissance d'Emmanuel Chabrier qu'il trouve « gai comme les pinsons et mélodieux comme les rossignols ». Pour Chabrier, entre 1864 et 1869, il ébauche deux livrets d'opéra bouffe : Fisch-ton-Khan et Vaucochard-et-Fils Ie, dont quelques fragments ont été retrouvés et joués en 1941. Admirateur de Wagner dès 1866, Verlaine collabore en 1886 à la Revue wagnérienne (deux sonnets : À Louis II de Bavière, Parsifal). Son beau-frère, Charles de Sivry, était compositeur. Sa belle-mère, Mme Mauté, qui se prétendait élève de Chopin, a donné des leçons de piano au jeune Claude Debussy. Le poète n'a eu personnellement avec la musique et les musiciens que des relations épisodiques, mais ses vers, d'une sonorité si délicate, si rare, sa vision subtile, son art raffiné ont exercé une extraordinaire attraction sur deux des plus grands musiciens de son temps, Gabriel Fauré et Claude Debussy. Ils étaient très différents. Mais à l'un comme à l'autre Verlaine apportait une poésie qui était déjà une musique. Entre cette musique et la leur existaient de réelles affinités. De cette rencontre, sont nés quelques-uns des chefs-d'œuvre de la mélodie française : Clair de lune (1887), Cinq Mélodies op.54 (1891) et la Bonne Chanson (1894) de Gabriel Fauré, les Ariettes oubliées (1888) et les deux recueils des Fêtes galantes (1891-1904) de Claude Debussy.