En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

František Ignác Antonín Tůma

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste, violoniste et compositeur tchèque (Kostelec, près d'Orlicí, 1704 – Vienne 1774).

Son père, Václav, organiste à l'église locale, lui apprend la musique dès son plus jeune âge. Il rentre comme petit chanteur à l'école des jésuites de Prague. On pense qu'il fut l'élève de B. M. Černohorsk'y, car l'influence de ce dernier est manifeste dans son œuvre religieuse. Remarqué par le prince František Ferdinand Kinsk'y, il part avec lui à Vienne, où il peut travailler avec J. J. Fux. À partir de 1722, il occupe différentes places d'organiste, puis de Kapellmeister, dans diverses églises viennoises. En 1731, il est le maître de chapelle de son protecteur, suivant ce dernier entre Vienne et Prague. Il fait ainsi la connaissance de G. Tartini, soliste invité au palais du prince Kinsk'y à Prague. À la mort du prince en 1741, il devient Kapellmeister de l'impératrice Élisabeth-Christine jusqu'en 1750.

Son œuvre profane s'inspire encore de l'école baroque vénitienne. L'influence de Vejvanovsk'y et de l'école de Biber et Schmelzer est sensible dans son écriture pour les cuivres. Ses symphonies regardent vers l'école de Mannheim. Son œuvre religieuse, beaucoup plus importante, dénote l'abandon progressif des règles polyphoniques strictes au profit d'une belle invention mélodique.