En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Christopher Tye

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur anglais ( ? v. 1500 – ? 1572).

Choriste au King's College de Cambridge de 1508 à 1513, il fut ensuite musicien de monastère, et la rupture avec Rome le mit dans l'obligation de trouver un nouveau mode de vie et de travail. Maître de chœur à la cathédrale d'Ely en 1541, il semble avoir été le maître de musique d'Édouard VI et avoir bénéficié de ses faveurs. Peu d'années après, il entrait dans les ordres et devait être ordonné prêtre en 1559. Il conserva, par ailleurs, son emploi à la cathédrale d'Ely jusqu'en 1561. Comme ecclésiastique, il fut recteur de Donington jusqu'en 1571, mais son successeur ayant été nommé en mars 1573, il est probable que le vieux maître mourut à la fin de 1572.

Auteur, en 1553, d'une version anglaise, harmonisée à quatre voix, des Actes des Apôtres, Tye a pourtant écrit une grande partie de son œuvre religieuse sur des textes latins. Cette œuvre comprend trois messes, des motets et psaumes, mais aussi des services en langue vulgaire et une douzaine d'anthems. À cet égard, Tye eut le grand mérite, en recourant à des textes anglais, d'alléger la prosodie, de lui donner un tour plus naturel et plus populaire.

Mais ce précurseur de la musique anglicane s'est également illustré dans le répertoire instrumental et a laissé d'admirables pièces pour les consorts de violes, dont vingt et un In nomine qui égalent presque en beauté et en maîtrise d'écriture ceux de Byrd. Aussi bien, avant ce dernier, Tye est avec Tallis le grand nom du premier âge d'or britannique.