En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles Tournemire

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste et compositeur français (Bordeaux 1870 – Arcachon 1939).

Il fut élève de César Franck et de Charles-Marie Widor au Conservatoire de Paris. En 1898, il succède comme organiste de Sainte-Clotilde, à Paris, à César Franck et Gabriel Pierné. En 1919, il est nommé professeur de la classe d'ensemble du Conservatoire de Paris. Il mène une brillante carrière internationale de concertiste, et se montre remarquable improvisateur. En 1933, après avoir dirigé la rénovation et la transformation de l'orgue de Sainte-Clotilde (confiées à Beuchet-Debierre), il inaugure une série de concerts annuels pour en couvrir les frais.

À côté de compositions diverses, musiques chorales, orchestrales (huit symphonies), musique de chambre, opéras (Les dieux sont morts, Paris, Opéra, 19 mars 1929 ; Nittetis), l'essentiel de son œuvre est écrite pour l'orgue : Ite missa est (op. 24), Triple Choral (op. 41), Trois Poèmes (op. 59), Sei fioretti (op. 60), Petites Fleurs musicales (op. 66), Sept Chorals-Poèmes pour les sept paroles du Christ (op.67), mais surtout son ouvrage majeur, l'Orgue mystique (51 offices de l'année liturgique, op. 55-57). Il exprime sa conception du rôle liturgique de l'organiste dans son volume inachevé, De la haute mission de l'organiste à l'église. Il a publié César Franck (Paris, 1931) et Précis d'exécution, de registration et d'improvisation à l'orgue (Paris, 1936).