En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tomkins

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de compositeurs anglais, originaires de Cornouailles.

Thomas I (Loswithiel 1545 – Gloucester 1627) fut maître de chœur et organiste de la cathédrale de Saint Davids (pays de Galles).

Thomas II (Saint Davids, Pembrokeshire, 1572 – Martin Hussingtree, Worcestershire, 1656). Fils du précédent, il fut le disciple de Byrd et devint organiste de la cathédrale de Worcester en 1596. Nommé organiste de la chapelle royale en 1621, il publia, l'année suivante, un recueil de vingt-quatre Madrigaux (songs) à trois, quatre, cinq et six voix. Aucune autre de ses œuvres ne fut éditée de son vivant, mais en 1668, son fils Nathaniel publiait l'ensemble de sa production religieuse, sous le titre Musica Deo Sacra (dont cinq services et quatre-vingt-quinze anthems).

La musique de Thomas II est le plus souvent tournée vers le passé. Ses full-anthems reconduisent avec beaucoup de talent la manière polyphonique de Byrd. Par contre, les verse-anthems (pour solo, duo, trio ou quatuor vocal) sont proches, par la mobilité de leur ligne mélodique, du premier style baroque. Comme madrigaliste, Tomkins fait montre d'une invention très personnelle, digne des plus grands (Weelkes ou Wilbye). Ses œuvres pour clavier mêlent la virtuosité à la touche lyrique et jouent des rythmes les plus savants.

Mais c'est peut-être dans les fantaisies et pièces pour violes que Tomkins est le plus étonnant. Marqué, comme il est dit plus haut, par l'enseignement de Byrd, il y perpétue plus que partout ailleurs les techniques et les formes chères à son maître génial. Partisan de l'accident chromatique pour mieux souligner l'expression dramatique, il recourt avec bonheur à l'In Nomine, mais brille aussi dans les danses (gaillardes, pavanes) et, tout comme ses aînés les plus célèbres, dans la variation à partir d'un thème populaire. Ce qui ne l'empêche pas, sous cette fidélité exemplaire à la tradition, de se montrer polyphoniste aventureux, le dernier grand représentant, en tout cas, de l'école élisabéthaine et jacobéenne.

Il faut également citer John (1586-1636), Gilles († 1668), Robert et Nathaniel (1599-1681), respectivement demi-frère, frères et fils de Thomas II et tous musiciens de renom, surtout le dernier, organiste, comme son père, en la cathédrale de Worcester.