En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thibaut IV le Chansonnier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Trouvère français, comte de Champagne et de Brie, et roi de Navarre (Troyes 1201 – Pampelune 1253).

Petit-fils de Marie de France, elle-même petite-fille de Guillaume IX d'Aquitaine, il est le descendant d'une lignée impressionnante de poètes et de musiciens. Élevé à la cour du roi de France, il prend part à la bataille de Bouvines puis au siège d'Avignon en 1226. Il abandonne, à cette occasion, le roi et, à sa mort, se rallie à la coalition dressée contre la régente Blanche de Castille. Son revirement peu après lui attire les représailles de ses anciens alliés. Devenu roi de Navarre en 1234, il prend la tête d'une croisade en 1239-40 et, à son retour, essuie de nouvelles défaites contre les Anglais (1242-1244), puis contre le clergé de Navarre. Il est, de loin, par le nombre de ses chansons conservées (une soixantaine), le plus important des trouvères. Il s'agit, pour les deux tiers environ, de chansons courtoises, mais on trouve aussi plusieurs chansons de croisades, deux pastourelles et quelques pièces religieuses (des chansons à la Vierge, un lai et un sirventès). Il a également participé à une dizaine de jeux-partis et à trois tensons. Ses mélodies, en général syllabiques et à la modalité très nette, sont assez dépouillées et connurent une vogue internationale durable, en particulier Aussi con l'unicorne sui, De bone amour et Tant ai Amours. Certaines sont encore mentionnées au début du xive siècle, en particulier par Dante et Jean de Grouchy.