En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

dame Maggie Tate Teyte

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano anglaise (Wolverhampton 1888 – Londres 1976).

Elle complète des études de chant faites au Collège royal de musique de Londres en suivant, à Paris, l'enseignement de Jean de Reszke et de Reynaldo Hahn. Pour ses débuts, elle interprète le rôle de Zerline (Paris, 1905 ; Monte-Carlo, 1907). Membre de la troupe de l'Opéra-Comique (1908-1910), où elle est utilisée à contresens, elle est remarquée par Debussy, qui la choisit pour chanter Mélisande après la créatrice, Mary Garden (Paris, 1908 ; Londres, 1910), rôle qu'elle reprend encore à soixante ans passés (New York City Opera, 1948). Elle interprète Chérubin pour ses débuts américains, en 1911 à Philadelphie, et, plus tard, au Covent Garden (1922-23), fait partie de la troupe de l'Opéra de Chicago (1912-1914) et chante également à Boston (1915-16). Mais sa carrière lyrique, malgré ces brillantes incarnations, et quelques créations dont Circé de Hillemacher (1908), le Secret de Suzanne de Wolf-Ferrari (1909) et The Perfect Fool de Holst (1923), s'efface devant son dévouement à la cause de la mélodie française, dès la fin de la Première Guerre mondiale (accompagnée par Cortot ou Gerald Moore), puis durant la Seconde lors de concerts de soutien à la cause alliée. Elle fait ses adieux en 1951, à Londres, en chantant Didon et Énée de Purcell, aux côtés de Flagstad.