En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alexandre Tansman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français d'origine polonaise (Lód'z 1897 – Paris 1986).

Il fit ses études musicales au conservatoire de Lód'z. À vingt ans, il faisait exécuter une Sérénade symphonique de sa composition. Il alla se perfectionner à Varsovie avec Rytel, et suivit en même temps les cours à la faculté de droit. En 1919, il obtint deux prix de composition. La même année, il quitta la Pologne pour la France. À Paris il se rapprocha de Ravel, Roussel, Florent Schmitt, Migot et du groupe des Six.

Les chefs d'orchestre V. Gloschmann, Koussevitski, Stokowski, Toscanini dirigèrent ses œuvres : Intermezzo sinfonico (1920), Danse de la sorcière (1923), Symphonie en la mineur (1926), concertos pour piano. Il effectua une tournée aux États-Unis en 1927, et en Extrême-Orient en 1932-33. De ces années datent sa Symphonie concertante, sa Partita pour cordes, son ballet la Grande Ville. Pendant la guerre, il vécut à Hollywood où il devint l'ami de Stravinski, dont il avait déjà ressenti l'influence. Il lui consacra un ouvrage (1948), et par la suite écrivit à sa mémoire une Stèle pour voix et instruments (1972).

Dans le domaine dramatique, il a écrit les opéras la Nuit kurde (1925), le Serment (1954), et l'opéra-comique Georges Dandin d'après Molière.

Ses références sont diverses : d'où un style qui fait voisiner tonalité, polytonalité et atonalisme. Outre Stravinski, avec lequel il a en commun la rigueur, le dépouillement et l'éclectisme, il a été influencé par Ravel et surtout Milhaud, auquel l'apparentent de fréquentes références à divers folklores.

Ses origines hébraïques et polonaises ont naturellement trouvé une large place dans son œuvre (Rhapsodie hébraïque, 1932 ; Isaïe le prophète, oratorio, 1951), et l'image de Chopin est présente dans son style pianistique comme dans sa sensibilité : quatre danses polonaises, mazurkas pour piano, Hommage à Chopin. Mais on trouve aussi chez lui l'attrait de l'Orient, avec ses Mélodies japonaises (1919). Il a également écrit de la musique de scène (Huon de Bordeaux, 1923) et de film (Poil de carotte, 1932 ; Paris underground, 1945).