En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joseph Tal

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur, pianiste et chef d'orchestre israélien d'origine polonaise (Pinne, près de Poznán, 1910).

Il étudia à la Hochschule für Musik de Berlin, avant que la persécution nazie ne l'incite à venir s'établir en Palestine. Il présida à l'organisation de la vie musicale dans le nouvel État d'Israël, entre 1941 et 1952. Son œuvre est abondante et éclectique, utilisant aussi bien les moyens de la musique électronique, dont il fut l'un des pionniers dans son pays (Exodus II, ballet, 1954), que le dodécaphonisme (Concerto pour violoncelle). Ashmedai (1968-69), sur un texte d'Eliraz, créé à Hambourg en 1971, est un exemple d'opéra dodécaphonique. On lui doit aussi, avec Massada 967 (1973-74), un « opéra électronique » où la bande magnétique tient la place de l'orchestre face aux chœurs et aux voix. Citons aussi trois symphonies (1953, 1960, 1978), divers concertos, des œuvres d'inspiration biblique, trois concertos pour piano et bande magnétique (1962, 1964, 1970) et des musiques de ballet pour bande magnétique. La base de sa musique, souvent très dynamique, est l'inspiration « mitteleuropéenne » (Hindemith, etc.).