En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joan Sutherland

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano australienne (Sydney 1926).

Avant son arrivée à Londres en 1950, elle avait débuté à Sydney dans le principal rôle d'un opéra d'Eugène Goossens : Judith. À Londres, elle chanta d'abord des rôles lyriques comme Micaëla de Carmen et Agathe du Freischütz. En 1955, elle créa The Midsummer Marriage de Michael Tippett. Son mariage avec Richard Bonynge, l'année suivante, donna un tournant décisif à sa carrière. Avec Lucia di Lammermoor en 1959, elle s'affirma comme une des plus brillantes stars du bel canto orné et commença une carrière internationale, dans laquelle Haendel, Rossini, Donizetti, Bellini, devaient trouver en elle une virtuose exceptionnelle. Dans les années 70, elle exhuma avec bonheur un certain nombre d'opéras français oubliés tels que Esclarmonde et le Roi de Lahore de Massenet, auxquels elle donna un regain de popularité. La caractéristique la plus étonnante de la voix de Sutherland, plus encore que son étendue (du do3 au sol5), est sans doute sa puissance unie à une extraordinaire agilité. C'est avant tout une cantatrice d'abattage. Son brio, dans les mouvements rapides, paraît insurpassable. Mais sa diction laisse à désirer et son expression paraît souvent conventionnelle.