En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Conchita Supervia

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Cantatrice espagnole (Barcelone 1895 – Londres 1936).

Elle débuta à quinze ans au Colón de Buenos Aires, chanta Carmen en 1911 à Bari, et Oktavian à Rome pour la création italienne du Chevalier à la rose. Dalila à Barcelone en 1912, elle s'imposa dès lors, en Europe et en Amérique, dans Carmen, dans Chérubin, mais aussi dans le répertoire comique rossinien. Elle fut Rosine du Barbier de Séville dès 1915, Cenerentola dès 1921, et Isabella de l'Italienne à Alger en 1925, rôles qu'avec Carmen elle interpréta triomphalement à Paris et à Londres dès 1929. Elle mourut en couches au sommet de sa gloire.

Soprano grave plus que véritable mezzo-soprano, maîtresse d'une technique absolue, Conchita Supervia possédait un timbre inimitable, sa voix unissant un vibrato très serré au grave intense des chanteuses de flamenco (elle a laissé un enregistrement essentiel des Sept Chansons de Manuel de Falla) et aux inflexions presque infantiles de son registre aigu. Excellente comédienne, elle possédait une vis comica naturelle qui lui permit de s'affirmer dans le répertoire rossinien, pour lequel elle n'avait pas les moyens vocaux exacts, mais son interprétation d'une Carmen jeune, spontanée mais tragique est sans doute demeurée jusqu'à présent inégalée.