En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nathalie Stutzmann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Contralto française (Suresnes 1965).

Fille de la soprano Christine Stutzmann et du baryton Christian Dupuy, elle étudie le piano et le basson au Conservatoire de Nancy. Douée d'un timbre rare, elle est dès 1983 lauréate du Concours de Bruxelles. Puis elle étudie avec Hans Hotter à l'École lyrique de l'Opéra de Paris, d'où elle sort en 1987. Dès 1986, elle chante Didon et Enée à l'Opéra-Garnier, et commence une carrière internationale. Triomphant dans Faust, Boris Godounov et la Flûte enchantée, elle privilégie cependant les récitals avec orchestre ou piano. Depuis 1994, c'est la pianiste Inger Sördergen qui l'accompagne. Elle entreprend au disque une intégrale des lieder de Schumann ­ commencée avec Catherine Collard ­ et enregistre des mélodies françaises. En 1993, elle interprète les lieder de Mahler avec orchestre, puis aborde Haendel avec Marc Minkowski et chante les Passions de Bach avec Harnoncourt et Sawallisch. En 1994, elle participe aux Mozartwochen de Salzbourg, et crée Ombra Felice (Mozart Pasticcio) d'Ursel et Hermann.