En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Heinz Stuckenschmidt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue et critique musical allemand (Strasbourg 1901 – Berlin 1988).

Musicien partiellement autodidacte, il prend, très jeune, parti pour la nouvelle musique et écrit dans diverses revues (Aufbruch, Auftakt, Melos, Modern Music, puis Bohemia, à Prague, et, à partir de 1929, Berliner Zeitung am Mittag), tout en animant des séries de concerts. Il est auditeur des cours d'analyse musicale de Schönberg de 1931 à 1933, mais doit, par suite de ses prises de position, cesser toute activité critique en Allemagne à partir de 1934. Il est nommé, après la guerre, directeur du Studio für Neue Musik de la RIAS à Berlin et critique musical de la Neue Zeitung (1947), puis de la Frankfurter allgemeine Zeitung (à partir de 1957). Il enseigne, par ailleurs, l'histoire de la musique à la Technische Universität de Berlin de 1948 à 1967. Il a écrit de nombreux ouvrages de référence sur la musique moderne : Neue Musik zwischen den beiden Kriegen (1951), Schöpfer der Neuen Musik (1958), Oper in dieser Zeit (1964), Twentieth Century Music (1968), Twentieth Century Composers (1970), Die Musik eines halben Jahrhunderts : 1925-1975 (1976), d'où se dégage un intérêt particulier pour Schönberg qu'il développe dans Arnold Schönberg (1951) puis Schönberg… (1974). Il a, d'autre part, publié des études sur I. Stravinski, B. Blacher, J. N. David, M. Ravel, F. Busoni.