En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giulio Strozzi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Poète, écrivain et librettiste italien (Venise 1583 – id. 1652).

Il fut très actif à l'Académie de Rome puis à celle de Venise ; dans cette dernière ville, il fonde, chez lui, en 1637, l'Accademia degli Unisoni. Surtout connu pour ses livrets d'opéras, il a pris une part importante à la création de l'opéra vénitien. Citons, en tout premier lieu, parmi les compositeurs qui ont utilisé ses textes, Monteverdi (La Finta pazza Licori, 1627 ; Proserpina rapita, 1630), F. Manelli (La Delia o sia La Sera sposa del sole, 1639), Sacrati (La Finta pazza, 1641), puis Cavalli (Veremonda, 1652). Ses poèmes ont aussi inspiré les madrigalistes, en particulier Monteverdi et sa fille adoptive Barbara Strozi.

Barbara Strozzi (Venise 1619 – id. ? apr. 1664), cantatrice de talent, se produisit surtout lors des séances de l'Accademia degli Unisoni créée par son père adoptif. Dans ses compositions, qui incluent des madrigaux, cantates, ariettes, duos, elle fait preuve d'une grande invention mélodique et laisse transparaître, parfois, l'influence de son maître Cavalli.