En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Leopold Stokovski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Chef d'orchestre et compositeur américain d'origine polono-irlandaise (Londres 1882 – Nether Wallop, Angleterre, 1977).

Il fit ses études de violon, de piano et d'orgue au Collège royal de musique. En 1902, il fut nommé organiste et chef de chœur à Saint-James de Piccadilly. Entré au Queen's College d'Oxford, il en sortit en 1903 avec le titre de Bachelor of Music. En 1905, il fut appelé à New York en tant qu'organiste et chef de chœur à l'église Saint-Bartholomew. Il débuta comme chef d'orchestre en 1908 à Londres, et fut nommé en 1909 directeur musical de l'orchestre de Cincinnati, avant de devenir celui de l'Orchestre de Philadelphie (1912-1941), lequel devint, sous sa baguette, l'un des premiers du monde. Parmi les innombrables premières dues à ses soins, il faut signaler, en créations mondiales, Amériques et Arcana de Varèse (1926-27), la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov (1937), le Concerto pour violon de Schönberg (1940), et, en créations américaines, le Sacre du printemps de Stravinski (1922), 4 symphonies de Chostakovitch, 3 de Sibelius, Noces de Stravinski (1929), Wozzeck de Berg, Œdipus rex de Stravinski (1931), Alexandre Nevski de Prokofiev (1943). En 1915, Stokovski avait obtenu la nationalité américaine. Il fut animateur de concerts pour enfants (1921) et réalisa le premier enregistrement « électrique ». En 1927-28, il fit un séjour aux Indes pour y étudier la musique orientale. De 1937 à 1940, il tourna les films Big Broadcast 1937, 100 Men and 1 Girl, et Fantasia. De 1941 à 1949, il partagea avec Toscanini la direction de l'Orchestre de la NBC, puis devint codirecteur, avec Mitropoulos, du New York Philharmonic (1949). En 1953, il créa la Société de musique contemporaine de New York, puis devint le directeur musical de l'orchestre de Houston (1955-1960). En 1965, il dirigea la première exécution de la 4e Symphonie de Charles Ives. À partir de 1974, il cessa, sauf exception, de paraître en public et se consacra exclusivement aux enregistrements. Ouvert aux musiques de tous les âges et de tous les pays, Stokovski était également préoccupé des problèmes d'acoustique, et pendant longtemps ses disques furent les mieux enregistrés du monde. Si l'on excepte certaines transcriptions fort discutables (Bach, Moussorgski, Wagner), il est resté un propagateur infatigable des musiques les plus difficiles ou les plus actuelles, un interprète remarquable de Mahler, Sibelius, Chostakovitch, Stravinski, un chef d'orchestre sinon toujours très orthodoxe, du moins sincère et efficace, plein de vie et de présence.