En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Daniel Steibelt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste et compositeur allemand (Berlin 1765 – Saint-Pétersbourg 1823).

Déserteur de l'armée prussienne en 1784, il mena une vie de virtuose itinérant qui le mena notamment à Paris ­ où il arriva avant la Révolution puis séjourna de façon permanente de 1790 à 1796 ­, Londres, Vienne (où en 1800 il se mesura au piano avec Beethoven) et de nombreuses villes d'Allemagne. Le 24 décembre 1800, il dirigea devant Bonaparte, qui en se rendant au concert avait failli périr dans l'attentat de la rue Saint-Nicaise, la première parisienne de la Création de Haydn. Il arriva à Saint-Pétersbourg en 1808, et, en 1810, y succéda à Boieldieu au poste de maître de chapelle impérial, qu'il devait conserver jusqu'à sa mort. Il écrivit de nombreux opéras ainsi que de la musique de chambre. Pianiste réputé, il composa pour son instrument d'innombrables pièces brillantes mais en général dénuées de profondeur, ainsi que 8 concertos (1796-1820). Acquirent une popularité particulière le 3e en mi op. 33 (l'Orage, 1799), le 6e en sol mineur (le Voyage au mont Saint-Bernard, v. 1816) et le 7e avec 2 orchestres (Grand Concerto militaire, dans le genre des Grecs, v. 1816). Le finale du 8e en mi bémol fait intervenir les chœurs.