En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giulietta Simionato

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Mezzo-soprano italienne (Forli 1910).

En 1933, elle obtient le premier prix au concours de bel canto à Florence. Malgré cette récompense, ses débuts furent difficiles. Elle chanta des petits rôles dans les opéras de la province italienne avant d'être engagée à la Scala de Milan en 1940. Mais, là encore, les grands emplois lui furent bloqués par ses aînées, Pederzini et Stignani. C'est seulement avec le déclin de ces grandes devancières que Giulietta Simionato put s'affirmer. Sa voix s'étant dans l'intervalle élargie, elle passa des emplois rossiniens de mezzo-coloratura aux rôles verdiens : Amneris, Azucena, Ulrica. La Favorite de Donizetti compta aussi parmi ses grands succès, ainsi que Jane Seymour dans Anna Bolena (avec Maria Callas). Sa voix vibrante au timbre caractéristique était d'une longueur exceptionnelle lui permettant d'aborder le rôle de soprano dramatique de Valentine dans la reprise des Huguenots à la Scala de Milan en 1962.

Elle fit une carrière internationale, chantant aux États-Unis, en Angleterre, en France et en Allemagne. Carmen et Orphée figurèrent encore parmi ses grands rôles. Son tempérament dramatique, ses dons d'actrice, son style accompli firent d'elle une des grandes cantatrices italiennes de l'après-guerre.