En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Silbermann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Célèbre dynastie de facteurs d'orgues du xviiie siècle.

Originaires de Saxe, ils s'établirent à Strasbourg, et leur activité s'étendit principalement en Alsace. André (1678-1734), élève de François Thierry, construisit trente-cinq instruments, parmi lesquels ceux de Marmoutier (1710) et d'Ebersmünster (1732) sont restés en parfait état. Son frère, Gottfried (1683-1753), fut son élève, puis retourna s'établir en Saxe, à Freiberg. Là, il construisit quarante-neuf orgues, mais s'intéressa également au clavicorde et au piano-forte. Il connut J. S. Bach, et, après une période de mésentente, ce dernier put apprécier les piano-forte de Gottfried Silbermann.

À Strasbourg, l'entreprise d'André se poursuivit avec son fils aîné, Jean-André (1712-1783), mais aucun des cinquante-sept instruments que celui-ci édifia en Allemagne, en Alsace et en Suisse ne subsiste aujourd'hui dans son état d'origine. Érudit, Jean-André écrivit plusieurs ouvrages historiques et laissa cinq volumes manuscrits de très précieuses informations historiques sur la facture d'orgues dans sa famille et à son époque. Son frère cadet, Jean-Daniel (1717-1766), fut son associé avant d'aller reprendre l'entreprise de son oncle Gottfried à Freiberg.

Les autres membres de la famille en poursuivirent la tradition jusqu'à la fin du xviiie siècle, comme facteurs d'orgues et de piano-forte, et comme organistes, tant en Alsace qu'en Saxe.