En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Georges Sieber

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Éditeur français d'origine allemande (Reiterswiesen 1738 – Paris 1822).

Arrivé à Paris en 1758, corniste dans divers orchestres (dont celui du Concert spirituel de 1777 à 1786), il commença ses activités d'édition en 1770-1771. Contrairement à d'autres, il publia essentiellement de bonnes éditions (dont plusieurs d'opéras en partition) de compositeurs de premier plan : Stamitz, Johann Christian Bach (dont il fut probablement l'agent « autorisé » dans la capitale française), Haydn (plus de 50 symphonies et de nombreuses œuvres de chambre), Mozart (symphonie en majeur no 31 K.297 dite Paris avant 1783 ; première édition des sonates pour piano et violon K.301-306 en 1778). En 1786, il publia néanmoins avec un finale apocryphe la symphonie en majeur no 53 (l'Impériale) de Haydn, et c'est chez lui que parurent en 1801 les Mystères d'Isis, pastiche tiré de la Flûte enchantée. Son fils Georges-Julien (1775-1847) travailla d'abord avec lui (1795), puis de façon autonome (1799), avant de lui succéder en 1824.