En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

George Bernard Shaw

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Écrivain et dramaturge irlandais (Dublin 1856 – Ayot Saint Lawrence 1950).

Fils d'un tromboniste et d'une cantatrice, il aurait voulu être baryton d'opéra. S'il ne réalisa pas ce rêve, il resta toujours proche de la musique, notamment de Mozart, qu'il considérait comme une sorte de maître à vivre, de formateur (ses œuvres y font souvent allusion, notamment à Don Giovanni). Il travailla comme critique musical dans divers journaux, The Hornet, The Star, The World, et y défendit Verdi et Wagner, sur lequel il publia un essai, le Parfait Wagnérien (1898), analyse du Ring. Parmi ses amis, il comptait le compositeur Elgar (pour lequel il écrivit un livret d'opéra) et Arnold Dolmetsch. De nombreux personnages de compositeurs et de musiciens apparaissent dans ses œuvres de fiction. Ses pièces donnèrent lieu à des adaptations lyriques, comme le Héros et le Soldat (Arms and the Man, 1894), qui devint une opérette d'Oscar Strauss sous le titre Chocolate Soldiers (1908), et Pygmalion (1912), dont fut tirée la célèbre opérette de Loewe, My Fair Lady (1956).