En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Matyas Seiber

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et pédagogue anglais, d'origine hongroise (Budapest 1905 – parc national Kruger, Afrique du Sud, 1960).

Élève de Kodály à Budapest (violoncelle et composition), il décida, compte tenu du caractère conservateur de la vie musicale hongroise, de faire carrière à l'étranger, jouant sur les paquebots, créant une classe de jazz au conservatoire Hoch de Francfort, pratiquant son instrument au sein du Quatuor Lenzevski et dans divers orchestres symphoniques.

En 1935, il s'installa en Angleterre, et, en 1942, à l'invitation de Michael Tippett, commença à enseigner au Morley College. Il forma toute une génération de compositeurs anglais et étrangers, parmi lesquels Peter Racine Fricker, Don Banks, Anthony Milner, Peter Schat, Hugh Wood, et Ingvar Lidholm. En 1945, il fonda les Dorian Singers, spécialisés aussi bien dans l'interprétation des œuvres du xvie siècle que du xxe. Il mourut d'un accident de voiture lors d'une tournée de conférences dans les universités sud-africaines. Sa musique, souvent influencée par le jazz, reflète aussi son admiration pour Bartók, Berg et Schönberg.

Il parvint à la renommée avec la cantate Ulysse, pour ténor, chœurs et orchestre, d'après Joyce (1946-47, créée en 1949). On lui doit aussi, entre autres, 3 quatuors à cordes (1924, 1934-35, 1948-1951), 1 musique de scène pour une production radiophonique du Faust de Goethe (1949), Fantasia concertante, pour violon et cordes (1943-44), Elegy, pour alto et cordes (1953), Tre pezzi, pour violoncelle et orchestre (1956), Improvisations, pour jazz band et orchestre (1959), une sonate pour violon et piano (1960).