En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andrés Segovia

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Guitariste espagnol (Linares 1893 – Madrid 1987).

Il est assurément celui qui a le plus contribué à la renaissance et à l'essor considérable de la guitare. Son nom est désormais légendaire et on lui doit, outre ses multiples enregistrements, un grand nombre de transcriptions diverses, la redécouverte de pièces originales, et, surtout, la constitution d'un répertoire contemporain. Né d'une famille bourgeoise (son père était notaire), il commença très jeune la pratique musicale et entreprit l'étude de la guitare à l'âge de huit ans, après avoir essayé le piano, le violon et le violoncelle. Handicapé par le mépris des musiciens pour cet instrument populaire et surtout par l'absence totale de professeur, il n'en franchit pas moins, avec une géniale intuition, tous les obstacles d'une technique qu'il lui fallut réinventer en complet autodidacte.

À l'âge de quinze ans, il donna à Grenade son premier concert et commença ainsi sa carrière en même temps qu'il convainquait les nombreux sceptiques du sérieux de son entreprise. Alors que sa renommée progressait à travers toute l'Espagne, il ressentit l'étroitesse du répertoire et entama un immense travail de recherches et de transcriptions qu'il continua toute sa vie. Dès son premier récital, triomphal, à Paris en 1924, il jouit d'une réputation qui incita plusieurs compositeurs à écrire pour lui, tels Roussel, Falla, Torroba, puis, plus tard, alors que sa gloire devint universelle, Turina, Ibert, Ponce, Rodrigo, Tansman, etc. En outre, interrompant chaque année ses tournées de concerts dans le monde entier, il se consacra pendant plusieurs semaines à l'enseignement et peu de guitaristes n'ont pas, un jour ou l'autre, fait étape à l'académie Chigiana de Sienne ou à Saint-Jacques-de-Compostelle pour en bénéficier.