En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Simon Sechter

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Théoricien, compositeur, organiste et chef d'orchestre autrichien (Friedberg, Bohême, 1788 – Vienne 1867).

Il arriva à Vienne en 1804, où il étudia avec Albrechtsberger et L. Kozeluck, et, de 1810 à 1825, enseigna le piano et le chant à l'Institut pour jeunes aveugles de cette ville. En 1825, il devint premier organiste de la cour. Très réputé comme professeur de théorie, il attira de nombreux élèves, parmi lesquels Schubert, qui prit une leçon avec lui le 4 novembre 1828, juste avant sa mort. Son élève le plus célèbre fut Bruckner. Il fut aussi le maître, entre autres, de Gustav Nottebohm et de Carl Ferdinand Pohl. De 1851 à 1863, il enseigna la basse continue et le contrepoint au conservatoire de Vienne, où il eut comme successeur son ancien élève Bruckner. Compositeur très fécond, il écrivait, dit-on, au moins une fugue par jour. On lui doit aussi des oratorios, des opéras, dont un seul représenté (Ali Hitsch-Hatsch, Vienne, 1844), de la musique religieuse, dont 35 messes et 2 requiem. Parmi ses écrits théoriques, une édition révisée du Traité de fugue (Abhandlung von der Fuge) de Marpurg (1843), et Die Grundsätze der musikalischen Komposition (3 vol., 1853-54).