En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Schwarz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Lille 1939).

Après des études musicales à Paris et à Versailles, il partage son activité entre la pratique du jazz (comme batteur) et l'étude de la musique non-européenne, comme chargé de recherches du C. N. R. S., attaché au département d'ethnologie du musée de l'Homme, à Paris. Il rejoint plus tard le Groupe de recherches musicales, dont il reste jusqu'en 1981 membre permanent. Dans le domaine électroacoustique, il a composé, au G. R. M. ou avec ses moyens privés, un certain nombre de pièces pour bande magnétique seule : Erda (1972), la suite Il était une fois (1973), Symphonie (1974), Don Quichotte (1975-76), Gamma (1978), etc., et des œuvres « mixtes » comme Anticycle (1972), pour bande et percussionniste (œuvre utilisant des enregistrements d'instruments à percussion non-européens), Klavierband (1978), pour piano et bande, Gamma Plus (1979), pour synthétiseurs joués en direct et bande, ainsi que des musiques pour la scène et le ballet, notamment pour la danseuse-chorégraphe Carolyn Carlson (Year of the Horse, 1978).

On lui doit aussi des séquences musicales électroacoustiques et des effets spéciaux sonores pour des films de long métrage : Comment ça va, de Jean-Luc Godard, Histoire d'A, de Charles Belmont, Providence, d'Alain Resnais, etc. Il a tenté des expériences de confrontation de musiciens improvisateurs de jazz avec des éléments musicaux préenregistrés sur bande : Surroundings (1978-79) et And Around (1981). Il aime travailler avec un son électronique carré et rythmique, un peu dur, et ses œuvres font souvent référence à la musique extra-européenne et au jazz.