En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Othmar Schoeck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur suisse (Brunnen, canton de Schwyz, 1886 – Zurich 1957).

Fils d'un peintre et d'abord attiré par la peinture, il se destina à la musique après des études aux conservatoires de Zurich et de Munich (1907-1908, avec Max Reger). Il fut notamment chef du Chœur des professeurs à Zurich (1911-1917) et, tout en vivant dans cette dernière ville, chef d'orchestre à Saint-Gall (1917-1944). Plus de 400 lieder sur des textes allemands (Eichendorff, Lenau, Mörike, Goethe), ordonnés en de vastes cycles, forment l'essentiel d'une production directement influencée par le romantisme germanique et s'inscrivant dans la succession de Hugo Wolf. Son second domaine d'élection fut la scène, avec, notamment, Erwin und Elmire d'après Goethe (musique de scène et chants, 1911-1916), Don Ranudo de Colibrados, opéra-comique d'après Holberg (1917-18), Venus, opéra d'après Mérimée (1919-20), Penthesilea, opéra d'après Kleist (1924-25), Massimila Doni, opéra d'après Balzac (1934), et Das Schloss Dürande, opéra d'après Eichendorff (1938-39).