En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Alfred Schnittke

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur soviétique (Ingels, région de Saratov, 1934 – Hambourg 1998).

Il est l'élève, en composition, de E. Goloubev au conservatoire de Moscou (1953-1958). Il enseigne, depuis 1960, la composition instrumentale et la lecture de partitions à ce conservatoire. En tant que compositeur, il est passé en moins de dix ans de l'admiration pour Prokofiev (1er Concerto pour violon, 1957) à une musique spirituellement engagée s'en tenant au strict cadre de la musique de chambre. Ainsi, son Quatuor à cordes (1966), sa 2e Sonate pour violon (1968) semblent avoir assimilé l'héritage simultané de Berg, Bartók, de l'école polonaise contemporaine sans perdre leur personnalité.

Citons encore ses Hymnes (I, II, III, 1974-75), son Quintette avec piano (1976), le Concerto grosso pour 2 violons, clavecin et cordes (1977). Dans une production déjà importante, on peut distinguer trois groupes de partitions : celles héritées de Prokofiev (1er Concerto pour violon, 1re Sonate pour violon), celles rationnellement organisées sur une base sérielle (2e Concerto pour violon, 1966 ; Dialogues pour violoncelle, 1965), celles influencées par Lutoslawski (Sérénade, 1968 ; 2e Sonate pour violon, 1968 ; Symphonie, 1972 ; Concerto grosso, 1977 ; Prélude à la mémoire de Chostakovitch, 1975 ; Quintette avec piano, 1976 ; 2e Quatuor à cordes [Évian, 1981]). Citons encore un Quatuor à cordes no 3 (1983), un Concerto pour alto (1985), Concerto grosso no 4/Symphonie no 5 (1988), un Concerto pour Violoncelle (Évian 1990), l'opéra Vie avec un idiot (Amsterdam, 1992).