En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wolfgang Schneiderhan

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Violoniste autrichien (Vienne 1915 – id. 2002).

Enfant prodige, il donne son premier concert à cinq ans avant de suivre en 1923 l'enseignement de Otakar Ševčik aux cours d'été de Pisek et celui de Julius Winkler à Vienne. Premier violon de l'Orchestre symphonique de Vienne (1933-1937), puis de la Philharmonie (1937-1951), il fonde son propre quatuor (1937-1951) et crée un trio avec Edwin Fischer et Enrico Mainardi (1949-1960). En 1951, il abandonne orchestre et quatuor pour se consacrer à la carrière de soliste, mais continue d'enseigner au Mozarteum de Salzbourg (1938-1956), à l'Académie de musique de Vienne (1939-1950) et au conservatoire de Lucerne (à partir de 1949), et participe à la création en 1956, avec Rudolf Baumgartner, du festival Strings de Lucerne. Schneiderhan a également dirigé, notamment en 1975, la Notre-Dame de Franz Schmidt.

Ce musicien sobre vaut plus par sa profonde musicalité que par sa sonorité âpre, peu soucieuse de virtuosité. Il s'est particulièrement attaché à défendre l'œuvre de Stravinski, de Henze et de Frank Martin ; ces deux derniers ont composé pour sa femme, Irmgard Seefried, et lui-même des œuvres originales pour soprano, violon et orchestre : Ariosi de Henze (1963) et Maria Triptychon de Frank Martin (1968).