En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adolf Sandberger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue et compositeur allemand (Würzburg 1864 – Munich 1943).

De 1881 à 1887, il étudia la composition aux universités de Würzburg et Munich, et la musicologie à Munich et Berlin (avec Ph. Spitta). Après avoir soutenu sa thèse de doctorat à Würzburg en 1887 (Peter Cornelius), il effectua pendant deux ans des voyages d'études à travers l'Europe, puis se fixa à Munich, où il enseigna jusqu'en 1930. De 1900 à 1931, il édita les Denkmäler der Tonkunst in Bayern, dans lesquels il publie, entre autres, des œuvres de Pachelbel, J. K. Kerll, A. Steffani, F. E. dall'Abaco, H. L. Hassler, et de 1924 à 1942 le Neues Beethoven-Jahrbuch.

Ses compositions obtinrent un certain succès, en particulier l'opéra Ludwig der Springer (1894). Il a écrit un grand nombre d'articles consacrés en partie à R. de Lassus (dont il publia les œuvres complètes de 1894 à 1927, en collaboration avec F. X. Haberl) et aux maîtres du style classique viennois : Mozart, Haydn, Beethoven. Vers 1935, sa prétendue découverte de soixante-dix-huit symphonies inconnues de Haydn déclencha une longue polémique avec Larsen. Il a formé de nombreux élèves parmi lesquels A. Einstein, K. Huber, H. Engel, Bernet Kempers, K. G. Fellerer, E. Schenk, L. Schiedermair.