En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

théâtre de San Carlo

(Teatro di San Carlo)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Principal théâtre d'opéra napolitain depuis plus de deux siècles et demi. Sa construction fut décidée par le roi bourbon Charles VII de Naples et de Sicile, devenu en 1759 Charles III d'Espagne, et il fut inauguré le 4 novembre 1737 (jour de la Saint-Charles) avec Achille in Sciro de Domenico Sarro, sur un livret de Métastase : il était alors le plus grand et le plus splendide théâtre d'Europe. Il fut agrandi en 1777 et en 1812, et brûla en 1816. Le nouveau bâtiment fut inauguré en 1817, en présence de Stendhal, avec Il Sogno di Partenope de Mayr. Endommagé par un bombardement en 1943, il demeure l'un des plus beaux du monde. Avant d'être supplanté par la Scala au milieu du xixe siècle, le San Carlo fut le point de mire de la vie lyrique italienne. Il détient toujours le record absolu des créations mondiales (plus de 450), avec notamment celles de deux des trois opéras composés en Italie par Johann Christian Bach, Catone in Utica (4 novembre 1761) et Alessandro nell'Indie (20 janvier 1762, jour non de la fête mais de l'anniversaire de Charles III d'Espagne), de neuf ouvrages de Rossini, de Elisabetta regina d'Inghileterra (1815) à Zelmira (1822), de dix-sept de Donizetti, parmi lesquels Lucia di Lamermoor (1835) et Roberto Devereux (1837), et d'autres de Bellini, Mercadante, Pacini, Verdi (Luisa Miller en 1849). Après 1945, le San Carlo a assuré les premières italiennes de Judith de Honegger, Neues vom Tage de Hindemith, Boulevard Solitude de Henze, le Joueur, Fiançailles au couvent et Guerre et paix de Prokofiev, Lady Macbeth de Mtzensk de Chostakovitch.