En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kaija Saariaho

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur finlandaise (Helsinki 1952).

Elle étudie la composition avec Paavo Heininen à l'Académie Sibelius et travaille ensuite avec Klaus Huber et Brian Ferneyhough à Fribourg-en-Brisgau. Depuis 1982, elle vit à Paris, où elle fréquente souvent les ateliers et les studios de l'I.R.C.A.M (Jardin secret, 1984-85). La musique de Saariaho se distingue par l'imagination sonore, par un goût particulier pour la manipulation du timbre et des surfaces qui s'imbriquent et se séparent dans un perpétuel mouvement aux contours « liquides » (Du cristal… à la fumée pour orchestre, 1991-92). Cette facture néoimpressionniste est agencée grâce à un effort de plus en plus poussé d'intégration (Nymphea pour quatuor à cordes, 1987 ; Amers pour violoncelle, ensemble et dispositif électronique, 1992). Son catalogue comprend aussi Verblendungen pour orchestre et bande (1983), Lichtbogen pour ensemble et « live electronic » (1986), Io pour ensemble instrumental et bande (1987), Maa, musique de ballet en sept scènes (1991), Trois Rivières pour 4 percussionnistes (1993-94), Château de l'âme pour soprano, 8 voix de femme et orchestre, commande du Festival de Salzbourg (1995). Son Concerto pour violon «  Graal Théâtre  » (1995) a été créé à Londres par Guidon Kremer.