En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rückers

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Dynastie de facteurs de clavecins travaillant à Anvers à la fin du xvie et au long du xviie siècle.

D'origine flamande, on les trouve aussi sous les noms de Ruyckers, Ruekaers, Rieckers, etc. Très prisés dès l'époque même de leurs fabricants, les instruments des Rückers apparaissent aujourd'hui comme des chefs-d'œuvre à la fois d'exécution, de décoration (les meilleurs peintres, dont Rubens, en ont orné) et de sonorité. Même s'ils ont été altérés par le temps ou des soins maladroits, leur restauration actuelle en révèle l'incomparable richesse de timbre. Celle-ci est due à la qualité des matériaux employés et à la précision de leur fabrication. Les instruments des Rückers n'ont cessé de servir de modèles pour les générations suivantes, et certains sont utilisés pour réaliser des copies modernes. On connaît environ cent trente instruments signés des Rückers ; plus de cinquante d'entre eux, parmi les plus beaux, sont à présent visibles dans des musées (Londres, Bruxelles, Anvers, Paris, États-Unis).

Le fondateur de la dynastie, Hans (ou Johannes), dit L'Aîné (Malines v. 1550 – Anvers 1598), s'installe à Anvers dès 1575, s'y marie et entre, en 1579, à la Guilde de Saint-Luc comme facteur de clavecins. En ces temps de troubles avec l'Espagne, où l'achat d'un clavecin pouvait passer au second plan des préoccupations et des besoins, il survécut en assurant l'entretien et la restauration des orgues des églises d'Anvers, notamment à la cathédrale Notre-Dame et à Saint-Jacques.

Johannes, dit Hans Le Jeune, fils du précédent (Anvers 1578 – id. 1643), fut admis en 1611 à la Guilde de Saint-Luc. Il assura lui aussi la construction, la restauration et l'entretien des instruments à clavier, orgues, clavecins, épinettes. Il passe pour le meilleur représentant de la famille.

Andreas (ou Andries), dit L'Aîné, frère du précédent (Anvers 1579 – id. apr. 1645), fut aussi estimé que son père et que Hans « le Jeune ». Reçu maître en 1610 ou 1611, il construisit des clavecins, des virginals, et entretint gratuitement l'orgue de la chapelle de Notre-Dame, en qualité de membre de la confraternité de la cathédrale.

Andreas (ou Andries), dit Le Jeune, fils du précédent (Anvers 1607 – id. av. 1667), fut reçu maître en 1636.

Un autre Rückers, Christoph, est actif à Anvers au début du xviie siècle, mais on ignore son éventuelle parenté avec les précédents ; on connaît de lui deux instruments.