En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Rouché

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Impresario et metteur en scène français (Lunel, Hérault, 1862 – Paris 1957).

Polytechnicien et industriel de formation, il était un homme de l'art par goût personnel. En 1907, il prit la direction de la Grande Revue où il publia Giraudoux, D'Annunzio et Jules Renard. À la suite d'un voyage d'études à travers l'Europe, il publia en 1910 l'Art théâtral moderne. La même année, il prit la direction du théâtre des Arts de Paris, aujourd'hui théâtre Hébertot, où il monta de nombreuses œuvres dramatiques et lyriques dont Idoménée de Mozart, les Fêtes d'Hébé de Rameau, et le Couronnement de Poppée de Monteverdi. En 1915, il fut appelé à la tête de l'Opéra de Paris, poste qu'il conserva jusqu'en 1945. Il sut s'entourer de collaborateurs de talent comme Cocteau, Philippe Gaubert, Albert Aveline. Attachant une grande importance à l'art chorégraphique, il invita à se produire les troupes de Diaghilev et d'Ida Rubinstein, et s'assura à partir de 1929 le concours de Serge Lifar.

Parmi les représentations et les créations d'opéras et de ballets dues à son initiative, les œuvres françaises occupèrent une place primordiale. En même temps, il constitua un vaste répertoire d'œuvres de Wagner, Verdi, Moussorgski, Richard Strauss. Grâce à lui, le palais Garnier devint l'une des plus grandes scènes mondiales. En 1924, il avait été élu membre de l'Institut.