En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hugo Riemann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue et théoricien allemand (Grossmehlra, près de Sondershausen, 1849 – Leipzig 1919).

Après de premières études musicales auprès de son père Robert, il se fixa en 1871 à Leipzig, où il étudia au conservatoire avec E. Fr. Richter et C. Reinecke, et à l'université avec O. Paul. Sa thèse Über das musikalische Hören ayant été refusée à Leipzig, il la soutint à Göttingen où il obtint, en 1873, un doctorat de philosophie. Il fut à partir de 1876 chef d'orchestre et professeur de piano à Bielefeld, et reçut en 1878 son diplôme d'habilitation de l'université de Leipzig en présentant ses Studien zur Geschichte der Notenschrift. Réinstallé définitivement dans cette ville en 1895, il y fut d'abord nommé maître assistant à l'université puis, à partir de 1901, professeur, et devint en outre directeur du Collegium musicum de l'université (fondé par lui) en 1908 et du Forschungsinstitut für Musikwissenschaft en 1914.

L'importance considérable de ce chercheur est attestée par les traductions et rééditions multiples dont ses écrits ont été l'objet. Ses principes d'analyse ont été adoptés dans tous les pays germaniques et son Musiklexikon (dont la 12e édition est parue en 1959) est encore, à l'heure actuelle, un des ouvrages de référence. Il fut aussi le premier à attirer l'attention sur l'école de Mannheim, mais en surestimant son rôle dans la formation du style de Haydn. Son influence fut sensible à la fois chez les compositeurs (citons, parmi ses élèves, M. Reger et Pfitzner) et chez les musicologues. Par son approche systématique et méthodique du phénomène musical, qu'il considère sous un aspect global et universel, il a donné de nouvelles perspectives à la musicologie et a sans doute été le dernier à avoir eu une vision encyclopédique de la musique.