En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Richard Ier Cœur de Lion

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Poète et compositeur (Oxford 1157 – Châlus, près de Limoges, 1199).

Fils d'Henri Il Plantagenêt et d'Aliénor d'Aquitaine, et arrière-petit-fils de Guillaume IX d'Aquitaine, le « premier troubadour », il devint comte de Poitou en 1169, duc d'Aquitaine en 1171 et roi d'Angleterre en 1189. Au retour de la croisade, il fut fait prisonnier par le duc Léopold d'Autriche, et on prétend que c'est une chanson qui permit à son ménestrel, Blondel de Nesle, de découvrir son lieu de captivité et de le délivrer en 1194. Cette légende, sur laquelle est basé le Richard Cœur de Lion de Grétry (1784), est fausse, mais le rôle musical de Richard Ier n'en demeure pas moins réel, surtout par la protection qu'il accorda aux troubadours et trouvères de son entourage. Il ne reste que deux pièces de sa composition : un sirventès, Dalfin je us voill desrenier, et une complainte écrite apparemment pendant sa captivité, Ja nus hons pris, qui constitue l'un des premiers exemples de rotrouenge.