En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Félix Raugel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue et chef d'orchestre français (Saint-Quentin 1881 – Paris 1975).

Premier prix d'alto au conservatoire de Lille, où il est élève de Charles Queste, il vient à Paris travailler l'orgue avec Decaux, le contrepoint avec Roussel et la composition avec Vincent d'Indy. Chef d'orchestre à la Société Haendel (1909-1914), il devient aussi maître de chapelle à Saint-Eustache en 1911. De 1912 à 1962, il est directeur de l'Orchestre philharmonique de Reims. Il est également maître de chapelle à Saint-Honoré-d'Eylau à partir de 1928, adjoint de Mme Octave Homberg à la tête de la Société des études mozartiennes (1930-1939), et chef des chœurs de la Radio (1934-1947). Il joue un rôle important dans la restauration de la musique sacrée.

Historien de l'orgue, il a écrit de nombreux ouvrages sur cet instrument, sur ses interprètes et ses compositeurs (les Organistes, 1923, rééd. 1961), sur les buffets d'orgue de la région parisienne, et sur les maîtres de l'ancienne facture française. Parmi ses autres ouvrages, il faut citer Palestrina (1930), le Chant choral (1948, rééd. 1966), l'Oratorio (1948). Il a été directeur musical des disques de l'Anthologie sonore, vice-président de la Société française de musicologie, et membre de la Commission des monuments historiques. Il a collaboré à de nombreuses revues.