En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pérotin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Le dernier et le plus célèbre des trois principaux déchanteurs qui illustrèrent, à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie, l'école dite de Notre-Dame de Paris, les deux premiers étant maître Albert et maître Léonin. Les œuvres conservées de Pérotin, organa et conduits, parmi lesquelles les deux imposants « quadruples » Viderunt omnes et Sederunt principes, composés avant 1199, figurent à la place d'honneur dans les principaux manuscrits de l'école, mais le nom de leur auteur ne nous est connu que par un auteur anglais dit l'Anonyme IV de Coussemaker (nom du premier éditeur du texte) ; cet auteur écrivait au début du xive siècle et on en parle encore avec admiration. On a supposé qu'il pouvait s'agir d'un préchantre Pierre, mort en 1236, mais l'attribution reste hypothétique. Outre ces deux quadruples, l'Anonyme IV cite encore comme œuvres de Pérotin les conduits Salvatoris hodie et Beata viscera, des organa triples sur les alléluias Nativitas (dont Diffusa est est une seconde version) et Posui adjutorium. Aucune des autres œuvres, parfois mises sous son nom, ne présente de garantie d'attribution. Outre ses œuvres propres, Pérotin avait également remanié plusieurs organa de son prédécesseur Léonin, dont il avait, selon l'Anonyme IV, rédigé une version abrégée.