En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Clermont Pépin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur canadien (Saint-Georges de Beauce, Québec, 1926 – Montréal 2006).

Il fit ses études musicales à Québec et à Montréal, au Curtis Institute de Philadelphie (1941), au conservatoire de Toronto et, enfin, à Paris, où il travailla avec Honegger, Jolivet et Messiaen (1949-1955). De 1955 à 1964, il enseigna au conservatoire de Montréal. Son style vigoureux a assimilé les syntaxes les plus modernes, y compris l'électroacoustique. Il semble cependant que la technique sérielle soit plus conforme à sa nature et à son esthétique. On lui doit notamment 3 symphonies (1948, 1957, 1967), 2 concertos pour piano, les poèmes symphoniques Guernica (1952) et le Rite du soleil noir (1955), Nombres, pour deux pianos et orchestre (1962), les ballets les Portes de l'Enfer (1953), l'Oiseau-Phénix (1956) et le Porte-Rêve (1957-58), des pièces pour piano, 4 quatuors à cordes, et en musique vocale Cantique des cantiques (1950), Hymne au vent du Nord (1960), 7 mélodies sur des poèmes de Paul Eluard (1949), Monade VII pour violon et piano (1986).