En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stéphane Raoul Pugno

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Pianiste et compositeur français (Montrouge 1852 – Moscou 1914).

Il fit ses études musicales à l'école Niedermeyer et au Conservatoire de Paris. En 1870, il fut nommé organiste de l'église Saint-Eugène. Il y fut maître de chapelle dès 1872 et resta à ce poste pendant vingt ans. Mais parallèlement il aborda une carrière lyrique en écrivant une opérette À qui la troupe (1877), puis des opéras-comiques, des ballets, ainsi qu'un oratorio la Résurrection de Lazare (1879). Ce n'est qu'assez tardivement qu'il se fit connaître comme pianiste. C'était un musicien complet, émouvant et sensible, célèbre par la finesse de son toucher, la limpidité de sa technique et son art du déchiffrage. Avec le violoniste Eugène Ysaye, il donna des concerts de musique de chambre restés historiques. Il fut nommé professeur d'harmonie en 1892, et, en 1896, professeur de piano au Conservatoire. Il collabora avec Nadia Boulanger pour la musique de scène de la Ville morte de D'Annunzio et pour les mélodies de Verhaeren les Heures claires. Il a laissé plusieurs enregistrements d'œuvres de Haendel, Scarlatti, Chopin, Liszt, Chabrier.