En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ildebrando Pizzetti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur italien (Parme 1880 – Rome 1968).

Issu d'une famille de musiciens, marqué par l'enseignement de Giovanni Tebaldini, attaché au chant grégorien et à la polyphonie médiévale, il remporta ses premiers succès de compositeur à dix-huit ans, mais fut surtout révélé par sa musique de scène pour La Nave, de D'Annunzio (1908), pour qui il composa encore Fedra (1912, créée en 1915). Professeur, puis directeur du conservatoire de Florence, il fut nommé directeur du conservatoire G.-Verdi de Milan en 1924, puis enseigna la composition à Rome de 1946 à 1958, année où il donna également Meurtre dans la cathédrale. Il a déployé, sa vie durant, une vaste activité de critique, de chef d'orchestre et de musicologue, éditant notamment les madrigaux de Gesualdo.

Cadet de Respighi, il constitua, avec Malipiero et Casella, cette « triade des années 1880 » qui œuvra pour la renaissance d'une musique nationale qui tournât le dos au vérisme et au romantisme. Pizzetti apparaît plus orienté vers le théâtre que ses deux condisciples, mais on trouve également dans son importante production instrumentale et dans sa musique de chambre un refus du chromatisme germanique et une adhésion à un diatonisme ou un modalisme trahissant des préoccupations semblables à celles de ses contemporains Bartók, de Falla, et même Debussy (concertos avec piano, harpe, violoncelle, violon).

Au théâtre, il écrivit lui-même ses poèmes, et usa d'un lyrisme dépouillé se combinant avec une orchestration de dérivation vériste. Outre son éloquente Fedra et Meurtre dans la cathédrale, on peut retenir Debora a Jaele (Milan, 1922), Fra Gherardo (id., 1928), Orsoleo (Florence, 1935), La Figlia di Jorio, d'après D'Annunzio (1954), Il Calzare d'argento (1961) et Clitennestra (1965) ; parmi ses musiques de scène, outre La Nave, mentionnons La Pisanella (D'Annunzio, Paris, 1913), la Représentation sacrée d'Abraham et Isaac (1917), Agamemnon (1930), les Trachiniennes (1933), Œdipe à Colone (1936) et Il Campiello (1957).