En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André Pirro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Musicologue français (Saint-Dizier 1869 – Paris 1943).

Venu à Paris en 1889, il y étudie le droit à la Sorbonne et suit parallèlement des cours de musique, assistant, en particulier, aux cours d'orgue de César Franck, puis de Charles-Marie Widor au Conservatoire de Paris. Il est, à la même époque, organiste et maître de chapelle au collège Stanislas. Il participe en 1896 à la fondation de la Schola cantorum, où il enseigne l'histoire de la musique et l'orgue. Organiste à Saint-Jean-Baptiste de Belleville (1900-1904), il est professeur à l'École des hautes études jusqu'en 1914 et, en 1907, soutient sa thèse à la Sorbonne, l'Esthétique de J.-S. Bach (avec un complément, Descartes et la Musique). En 1912, il succède à Romain Rolland à la chaire d'histoire de la musique à la Sorbonne ; il y restera jusqu'à sa retraite en 1937, après avoir été nommé professeur titulaire en 1930.

Venu à la musique par l'orgue, il consacre la plus grande partie de ses recherches aux organistes. Il écrit plusieurs notices biographiques pour les Archives des maîtres de l'orgue des XVIe, XVIIe et xviiie siècles de A. Guilmant (1897-1909), puis collabore par de nombreux articles à la Tribune de Saint-Gervais (études sur Titelouze, Schütz, Marchand, Roberday, F. Couperin, N. de Grigny). Dès 1895, il exprime son intérêt pour Bach avec un premier ouvrage, l'Orgue de Jean-Sébastien Bach, qui sera suivi en 1906 de J.-S. Bach et l'année suivante de sa thèse remarquable. S'étant penché, au cours de ses recherches, sur les prédécesseurs du musicien, il publie en 1913 Dietrich Buxtehude et la même année Schütz. Il écrit ensuite un certain nombre d'articles sur la musique du xviie siècle et collabore en particulier à l'encyclopédie de Lavignac avec la Musique en Allemagne pendant le xviie siècle et la première moitié du xviiie siècle, l'Art des organistes, la Musique religieuse allemande depuis les Psaumes de Schütz (1619) jusqu'à la mort de Bach (1750). Il publie les Clavecinistes : étude critique (1926), la Musique à Paris sous le règne de Charles VI, 1380-1422 (1930), Histoire de la musique de la fin du xive siècle à la fin du XVIe (1940).

Il a, par ses méthodes de recherches très rigoureuses et ses publications très documentées, véritablement lancé la nouvelle école de musicologie française, qu'a contribué à développer intensivement son enseignement à la Sorbonne. On compte en effet, parmi ses élèves, d'éminents musicologues, parmi lesquels N. Bridgman, P. H. Lang, A. Machabey, M. Pincherle, D. Plamenac, Y. Rokseth, G. Thibault.