En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Krzysztof Penderecki

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur polonais (Debica 1933).

Il étudia la composition à l'École supérieure de musique de Cracovie avec Franticzek Skolyszewski, Artur Malawski et Stanislaw Wiechowicz, et, dès 1959, reçut de l'Union des compositeurs polonais un prix couronnant ses trois premières œuvres importantes : Psaumes de David, pour chœur mixte, cordes et percussions (1958) ; Émanations, pour 2 orchestres à cordes (1959) ; et Strophes pour soprano, récitant et 10 instruments (1959). Ces pièces contenaient déjà les futures caractéristiques du compositeur. Suivirent Miniatures, pour violon et piano (1959) ; Anaklasis, pour 42 instruments à cordes et groupes de percussion (1959-60), qui révéla Penderecki sur le plan international à Donaueschingen en 1960 ; Dimensions du temps et du silence, pour chœur mixte, cordes et percussions (1959-60 ; rév. 1961) ; Threnos, pour 52 cordes (1960) ; Quatuor à cordes no 1 (1960) ; Fonogrammi, pour flûte et orchestre de chambre (1961) ; Psaume, musique électronique (1961) ; Polymorphie, pour 48 cordes (1961) ; Canon pour orchestre à cordes et bande magnétique (1962) ; et Fluorescences, pour grand orchestre (1962).

Toutes ces œuvres témoignent de l'intérêt de Penderecki pour le timbre instrumental, et de son prolongement dans le traitement des voix. Cet intérêt se manifesta tout d'abord dans l'écriture des cordes : clusters, nuages de micro-intervalles, multiplication des parties solistes, importance donnée à la notion de densité, d'épaisseur, recherche de nouvelles sonorités grâce à des techniques inhabituelles de la corde et de l'archet. Ces éléments conduisirent le compositeur à concevoir une écriture schématique qui devint rapidement purement graphique. Cela sans oublier une exploration systématique de toutes les ressources instrumentales, du son au bruit (coups frappés sur la caisse de résonance des instruments à cordes). Cette démarche devait aboutir dans Fluorescences à l'intégration dans le discours musical d'éléments timbriques et bruitistes (sirènes d'alarme, machines à écrire, morceaux de bois, de verre ou de fer).

Dans les Psaumes de David avait été tentée une première synthèse entre le sérialisme et la technique du chant grégorien. Cette voie fut poursuivie plus avant dans le Stabat Mater, pour 3 chœurs mixtes a cappella, plus tard intégré dans la Passion selon saint Luc. Suivirent Todesbrigade, musique électronique pour une pièce radiophonique (1963) ; la Cantata in honorem Amae Matris universitatis Jagellonicae, pour chœur et orchestre (1964) ; une Sonate pour violoncelle et orchestre (1964) ; un Capriccio pour hautbois et cordes (1965) ; la Passion selon saint Luc (1965-66) ; De natura sonoris, pour grand orchestre (1966) ; Dies irae, oratorio à la mémoire des victimes d'Auschwitz, pour chœur mixte et orchestre (1967) ; la Pittsburgh Ouverture, pour orchestre d'instruments à vent, percussion, harpe et piano (1967) ; le Capriccio pour violon et orchestre (1967) ; le Capriccio per Siegfried Palm, pour violoncelle seul (1968) ; le Quatuor à cordes no 2 (1968) ; et l'opéra en 3 actes les Diables de Loudun (1968-69).

Dans les années 70, Penderecki continua à exploiter ses trouvailles sonores tout en évoluant de plus en plus dans une sorte de néoromantisme teinté de germanisme. Naquirent alors Utrenja (ou Messe russe), vaste fresque chantée en vieux slavon et en 2 parties ; la Mise au tombeau (1969-70) et la Résurrection (1970-71) ; De natura sonoris, pour orchestre (1970) ; Kosmogonia pour solos, chœur mixte et orchestre (1970), commande de l'O. N. U. pour son vingt-cinquième anniversaire ; Prélude, pour vents, percussion, instruments à clavier et contrebasses (1971) ; Actions, pour orchestre de jazz (1971) ; Partita, pour clavecin, guitare, guitare basse électrique, harpe, contrebasse et orchestre (1971-72) ; Concerto, pour violoncelle et orchestre (1972) ; Ecloga VIII, pour 6 voix d'hommes (1972) ; Canticum canticorum Salomonis, pour chœur mixte à 16 voix et orchestre (1970-1973) ; Symphonie no 1 (1972-73) ; Intermezzo, pour 24 cordes (1973) ; Magnificat, pour basse, 7 voix d'hommes, 2 chœurs mixtes, chœur d'enfants et orchestre (1973-74) ; Quand Jacob s'est éveillé, pour orchestre (1974) ; Concerto pour violon et orchestre (1976-77) ; Paradise Lost, opéra (sacra rappresentazione) en 2 actes (1976-1978) ; Te Deum, pour solos, chœur et orchestre (1979) ; Capriccio per tuba (1980) ; Symphonie no 2 (1979-80) ; un Concerto pour violoncelle (Berlin, 1983) ; Lux aeterna (1983) ; les opéras le Masque noir (Salzbourg 1986) et Ubu Rex (Munich, 1991) ; Symphonies no 3 (1988-1995), no 4 (1989) et no 5 (1992). Prix Arthur-Honegger en 1979, Penderecki a été fait docteur honoris causa par l'université de Rochester en 1972 et par celle de Bordeaux en 1979. De 1972 à 1987, il a été recteur de l'École supérieure de musique de Cracovie.