En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jorge Peixinho

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur portugais (Montijo 1940 – Lisbonne 1995).

Il étudie la composition et le piano au Conservatoire de Lisbonne et poursuit ses études à Rome, notamment sous la direction de Petrassi. Il passe son diplôme à l'Académie Sainte-Cécile en 1961 mais travaille ensuite à Venise avec Luigi Nono, ainsi qu'à Bâle avec Pierre Boulez et Karlheinz Stockhausen en tant que boursier de la Fondation Gulbenkian. Ses premières œuvres sont d'inspiration postwebernienne, mais il a peu à peu évolué vers un style plus libre, intégrant l'improvisation collective et la musique électronique. Il a enseigné la composition au Conservatoire de Lisbonne, a fondé le Grupo de música contemporânea de Lisboa (1970), a travaillé dans bon nombre de studios (notamment à Bourges, au G.M.E.B., où l'on crée en 1992 la Forêt sacrée). On lui doit notamment Políptico pour orchestre (1960), Cromomorfose pour 12 instruments (1963-1968), Diafonia 2 pour ensemble (1963-1965), Ma fin est mon commencement pour 7 instruments (1972), Succecões simétricas 3 pour orchestre de chambre (1974), Madrigal pour chœur (1975). Dans sa dernière période créatrice (Canto germinal, musique électronique, 1989 ; Alis pour orchestre à cordes, 1990 ; et, surtout, Floreal pour flûte, clarinette basse, harpe, célesta, violon et alto, 1992), Peixinho développe des structures musicales de type processuel dont l'évolution est basée sur un petit nombre de principes exploités d'une manière cohérente et rigoureuse.