En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Papineau-Couture

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur canadien (Montréal 1916 – id. 2000).

Petit-fils de Guillaume Couture, qui, formé à l'école française, avait été l'un des pionniers de la musique au Québec, il travailla le piano et étudia plusieurs années (1940-1945) aux États-Unis, en particulier avec Nadia Boulanger, qui l'initia à Stravinski. De retour à Montréal, il se consacra à l'enseignement et à la composition, jouant un rôle actif dans la vie musicale de son pays comme président de l'Académie de musique de Québec (1961-1963), président du Conseil canadien de la musique (1967-68), président de la Ligue canadienne des compositeurs (1957-1959 et 1963-1966), membre fondateur et premier président de la Société de musique contemporaine du Québec (1966-1973), doyen de la faculté de musique de Montréal (1968-1973), ou encore comme vice-président du Conseil canadien sur les humanités (1976).

Dans un esprit néoclassique orienté à partir des années 60 vers les recherches de timbres, il a écrit notamment une Symphonie en do (1948, rév. 1956), un Concerto pour violon et orchestre de chambre (1951-52), Psaume CL (1954), Contraste pour voix et orchestre (1970), Chanson de Rahit pour voix, clarinette et piano (1972), Slano pour violon, alto et violoncelle (1976), Nuit polaire pour contralto et 10 instruments (1986), Clair-obscur pour contrebasson, contrebasse et orchestre (1986). C'est une des personnalités les plus importantes de la musique canadienne actuelle.