En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Siegfried Palm

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Violoncelliste allemand (Wuppertal 1927 – Frechen 2005).

Son père, violoncelle solo de l'orchestre de Wuppertal, est son premier professeur (1933-1945). À dix-huit ans, Siegfried devient violoncelle solo de l'orchestre de Lübeck (1945-1947), poste qu'il occupe également dans l'orchestre symphonique de la radio de Hambourg (1947-1960), puis dans celui de la radio de Cologne (1962-1967). Il a entre-temps suivi l'enseignement de Enrico Mainardi à Salzbourg (1950-1953) et a fait partie du quatuor Hamann, spécialiste de la musique de notre temps (1951-1962), avant de se consacrer lui-même à l'enseignement, d'abord comme titulaire d'une classe supérieure de violoncelle à la Staatliche Hochschule für Musik de Cologne (1962), puis comme directeur de ce même établissement (1972). Il a également enseigné à Darmstadt, au Dartmouth College (États-Unis) et au Conservatoire royal de Stockholm, et a été l'invité d'honneur du festival de Royan en 1976. De 1976 à 1981, il a dirigé la Deutsche Oper de Berlin-Ouest.

Il a beaucoup contribué à l'élargissement du répertoire et de la technique du violoncelle. Il est le premier à avoir interprété, dans les années 60, des œuvres jusque-là réputées injouables, telles la sonate de Zillig (1958), celle de Penderecki (1964), Nomos Alpha de Xenakis (1966), et il a suscité de nouvelles pages de Zimmermann (Canto de speranza, 1952-1957 ; Concerto « en forme de pas de trois », 1966), Kagel (Match, 1964 ; Unguis incarnatus est, 1972), Blacher (concerto, 1965), Ligeti (concerto, 1966), Kelemen (Changeant, 1968), Penderecki (Capriccio per Siegfried Palm, 1968 ; Concerto, 1972), Engelmann (Mini-Music to Siegfried Palm, 1970). Il a également créé des œuvres de Feldman, Delas, Beckers, Benguerel, Fortner, Brown, Isang Yun.