En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Angelo Paccagnini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur italien (Castano Primo, près de Milan, 1930 – ? 1999).

Après avoir étudié au conservatoire de Milan, il travaille entre 1956 et 1960 aux côtés de Luciano Berio au Studio de phonologie de la RAI, dont il devient le directeur en 1968, sans parvenir à ranimer l'activité de ce studio, qui décline au début des années 70. Il a également enseigné la musique électronique au conservatoire de Milan. Il est parti des techniques sérielles pour finalement nourrir son œuvre de thèmes politiques, écrivant souvent pour la radio et la télévision. C'est ainsi que, chez lui, les œuvres conçues autour d'un texte ou d'un argument tiennent une grande place. On citera Brevi canti sur des poèmes d'Eluard (1958), pour mezzo-soprano et piano, l'opéra en un acte Le Sue Ragioni (1959), l'œuvre Actuelles (1963-64) pour soprano, chœurs chantant et parlant, l'opéra radiophonique Mose (1963), pour solistes, bande magnétique, chœurs et orchestre, le Concerto no3 (1965), pour soprano et orchestre, l'opéra en trois actes Tutti la vogliono, tutti la spogliano (1967), Actuelles (1968) pour soprano, bande magnétique et orchestre, La Misura il mistero (1970), pour soprano, bande, acteurs, sur un texte de Giuseppe Ungaretti, C'era una volta un re (1974), musique pour bande magnétique destinée à la télévision, Underground (1975), pour un ballet télévisé, ainsi que plusieurs œuvres pour bande magnétique. Il a également fondé et dirigé l'ensemble d'instruments anciens Ars antiqua, de Milan, où il joue lui-même.