En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Luisde Pablo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur espagnol (Bilbao 1930).

Installé à Madrid en 1939, il y mena de front des études musicales et de droit, mais, pour la composition, il se forma essentiellement en autodidacte, grâce notamment aux livres de René Leibowitz et d'Olivier Messiaen (Technique de mon langage musical) et au Doktor Faustus de Thomas Mann. Il fit jouer ses premières pièces en 1955, et, en 1957, participa à la fondation du Grupo Nueva Música. En 1958, il fut à l'origine de la série de concerts Tiempo y música, destinés à promouvoir la musique contemporaine, et la même année participa aux cours de Darmstadt. Président des Jeunesses musicales d'Espagne de 1960 à 1962, il séjourna au Mexique en 1963, devint directeur artistique de la Biennale de musique contemporaine de Madrid en 1964, et en 1965, remplaça les concerts Tiempo y música par ceux du groupe Alea, qu'il devait dissoudre en 1973, à peu près au moment de la disparition de ceux du Domaine musical à Paris. En 1965 également, il fonda à Madrid un petit studio électronique. Il a séjourné à Berlin en 1967, en Argentine en 1969, et a donné des cours d'analyse aux universités d'Ottawa et de Montréal en 1974.

Il a fait partie sur le plan européen de l'avant-garde sérielle et postsérielle. Préoccupé par les problèmes de la forme, il n'a jamais renoncé à l'écriture : sa musique n'est jamais aléatoire, mais « mobile » parfois : elle laisse alors aux interprètes, par exemple dans la série des Modulos, une certaine liberté de parcours. On lui doit notamment Elegía pour orchestre à cordes (1956), Tombeau pour orchestre (1963), Modulos I pour 11 instruments (1964), IV pour quatuor à cordes (1965), II pour 2 orchestres avec 2 chefs (1966), III pour 17 instruments (1967) et V pour orgue (1967), Iniciativas pour orchestre (1966), Imaginarios I pour clavecin et 3 batteurs (1967) et II pour grand orchestre (1967-68), Por diversos motivos, action pour soprano, petit chœur, 3 pianos et acteurs (1969-70), Je mange, tu manges pour orchestre et bande avec synthétiseur (1972), Éléphants ivres I-IV, 4 sections pour diverses formations instrumentales jusqu'au grand orchestre (1972-73), Affettuoso pour piano (1973), Masque, ouvrage audiovisuel avec flûte, clarinette, percussion et piano (1973), Very Gentle pour soprano, contre-ténor, clavecin, célesta, orgue, violoncelle et tanpura (1973-74), Berceuse, ouvrage audiovisuel pour 3 flûtes, 2 percussionnistes, soprano et un chef-acteur (1973-74), Vielleicht pour 6 percussionnistes (1973), A modo de concierto pour percussion et instruments (1976), Bajo el sol pour 49 voix mixtes (1977), Tiniebla del agua (« Ténèbre de l'eau ») pour orchestre (1977-78), Trio pour violon, alto et violoncelle (1978), Concerto pour piano et orchestre (1978-79), Concerto da camera pour piano et 18 instruments (1979), Retratos de la Conquista pour 4 groupes choraux (1980), l'opéra Kiu (Madrid, 1983), un Concerto pour clavecin, cordes, célesta et vibraphone (créé à Radio France en 1986), Senderos del aire pour orchestre (Tokyo 1988), l'opéra El viajero indiscreto (1990), Suenos pour piano et orchestre (1992).