En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Carlod'Ordoñez

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur autrichien (Vienne 1734 – id. 1786).

Né sans doute d'une mère espagnole, il fut fonctionnaire du gouvernement de Basse-Autriche à Vienne. Ses premières œuvres furent diffusées dans les années 1750. Ce fut surtout un auteur de symphonies, genre dans lequel il précéda Haydn. Sous son nom en ont circulé au moins 78, dont 5 perdues et 6 au moins douteuses ou apocryphes, ce qui laisse un total de 67. L'une de ces 67, en la majeur (no A8 du catalogue thématique publié en 1978 par A. Peter Brown), est la seule œuvre qu'au début des années 1950, avant la découverte de son véritable auteur, on fut sur le point d'ajouter à la liste des 104 symphonies de Haydn. Parmi les autres ouvrages d'Ordoñez, une sérénade pour 31 instruments à vent (1779, perdue), 12 menuets pour orchestre, un concerto pour violon, 27 quatuors à cordes, 21 trios à cordes, un ballet, la cantate d'après G. Werner Der alte wienerische Tandelmarkt (1779, perdue), et deux opéras parodiques : Alceste (Eszterháza, 1775, sous la direction de Haydn d'après le sujet traité par Gluck) et Diesmal hat der Mann den Willen (Vienne 1778, d'après le Maître en droit de Monsigny).