En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arne Nordheim

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur norvégien (Larvik 1931).

Il a étudié à Oslo, puis à Copenhague avant d'effectuer un stage de musique électronique à Paris.

Ses premières œuvres importantes sont Aftonland (1957), puis Canzona, pour orchestre (1960), qui annonce une période créatrice extrêmement prolifique et riche. « Tout doit chanter » est la règle de conduite de ce compositeur, qui rejoint vite l'avant-garde musicale et se tourne de plus en plus vers les moyens électroniques : Katharsis, 1962 ; Epitaffio, 1963 ; Favola, 1965 ; Response I-III, 1966, musique électroacoustique ; Eco, 1967-68 ; Colorazione, Solitaire et Warszawa, 1968 ; musique pour le pavillon norvégien de l'exposition d'Osaka, 1970 ; Pace et Lux tenebrae, 1970. Depuis cette date, il combine une technique d'écriture orchestrale en larges clusters et des procédés contrapuntiques : Floating, 1970 ; Greening, 1973 ; puis les œuvres plus complexes : Forbindelser (Connexions, 1975), Doria et Spur (1975), Ariadne (1977), Tenebrae, concerto pour violoncelle et orchestre (1982), Rendez-vous pour orchestre à cordes (1987).